Manger-Dormir : une double relation à connaître

Une double relation encore trop peu connue

D'une part l'alimentation joue un rôle essentiel pour recaler le rythme veille sommeil et resynchroniser nos nuits, et d'autre part, le sommeil permet de réguler la sensation de faim ainsi que l'appétit grâce à un bon équilibre hormonal.

Une bonne alimentation pour un bon sommeil

L'alimentation joue sur le sommeil de 2 façons :


- Le contenu de notre assiette nous apporte les molécules (acides aminés) essentielles à synthétisation des hormones du sommeil le soir et la nuit. Ainsi, si notre régime alimentaire en certains nutriments et micro-nutriments alors nous pouvons manquer d'hormones du sommeil. C'est un élément que j'aurais l'occasion de vous détailler prochainement.


- La quantité et la fréquence des repas, ainsi que le richesse en sucre et gras pèsent sur la qualité du sommeil.


Les docteurs Eve Van Cauten et Erin Hanlon, de l'Université de Chicago, ont en effet pu démontrer qu'en mangeant trop souvent le corps reste en éveil, ce qui perturbe la phase de jeûne nocturne.Lorsqu'arrive le soir, obscurité sommeil jeûne sont 3 éléments qui doivent fonctionner en harmonie pour que notre horloge biologique puisse maîtrise l'organisation temporelle dans l'ensemble des organes.


L'horloge du cerveau est rythme par l'alternance jour/nuit, mais l'horloge du foie ne voit jamais la lumière du jour.


C'est l'apport calorique qui synchronise l'horloge du foie, du pancréas, des muscles etc.


Si on mange très tard et très riche le soir, dans la mesure où tout le métabolisme ralentit la nuit, alors il faut plus de temps au corps pour assimiler le glucose et la glycémie reste élevée entre 4h et 5h au lieu de 3h.


Cela signale alors à notre cerveau que nous sommes éveillés.


Ce qui explique, selon elles, que dormir avec une glycémie élevée déteriore donc la qualité du sommeil.

Un bon sommeil pour un besoin alimentaire adapté

Pendant le sommeil les 2 hormones qui permet un bon équilibre de notre besoin alimentaire sont sécrétées : 


- la ghréline : qui engendre la sensation de faim


- la leptine : qui permet d'avoir un effet de satiété


Lorsque le sommeil est peu récupérateur ou de trop faible quantité alors la sécrétion de ces hormones, qui rythme ensuite notre journée, est complètement déréglée. 


Les études montrent que la ghréline est produite en très grande quantité alors que la leptine est quasi inexistante.


C'est ainsi qu'on se retrouve avec une sensation de faim disproportionnée par rapport à nos besoins alimentaires réels. Et notemment un appel prononcé vers le "très sucré" et le "très gras".

Comment sortir de ce terrible cercle vicieux ?

Plus on mange en permanence moins on dort. Et moins on dort, plus on a faim.


Comment faire pour sortir de cette impasse ?


Voici ce que je conseille aux personnes qui me sollicitent mais également bien sûr ce que j'applique pour moi-même chaque jour :


- Avoir une alimentation peu riche et peu copieuse le soir


- Manger tôt dans la soirée


- Ne surtout pas re-manger (même un peu) avant d'aller se coucher


- Ne surtout pas grignoter la nuit !


- Avoir conscience que la sensation de faim que l'on peut ressentir après une nuit blanche n'est pas lié à un besoin de survie du corps, mais bien à un déséquilibre hormonal. Je ne suggère pas de se priver de manger, mais simplement de rester dans le raisonnable et surtout de conserver une alimentation saine même si on a l'impression que le sucre nous appelle. En réalité il nous fait garder un pied dans le cercle vicieux.


- Avoir un régime alimentaire le plus physiologique possible : le moins possible de produits transformés (très riches en sucres et graisses de très mauvaise qualité), et le plus possible d'aliments bruts (fruits, légumes, viandes de bonne qualité...) qui vont apporter l'ensemble des éléments essentiels au bon équilibre hormonal de l'organisme.

Aurélie

tous droits réservés - ihdml.fr