Syndrome des jambes sans repos et sommeil

Le syndrome des jambes sans repos, abbrégé en SJSR est aussi appelé maladie Willis Ekbom et peut fortement troubler le sommeil. Nous allons dans cet article pourquoi et quoi faire pour être soulagé.

Qu'est-ce que le SJSR ?

C'est peut-être une des raisons de tes troubles du sommeil sans que tu le saches.

Il s'agit d'un syndrôme qui touche principalement les membres inférieurs, même si parfois les bras sont concernés aussi.

Tes jambes te gênent lorsque tu es assis(e) ou couché(e). Plus exactement lorsqu'elles sont inactives.

Elles ne peuvent pas rester en place ! Et vont sans cesse te donner envie irrépressible de bouger, de te lever, de marcher, pour soulager cette gêne intenable. Voir même de te masser fortement, comme lors de douleurs musculaires.

Il semblerait que le SJSR touche un peu plus les femmes, et soit surtout plus prononcé avec l'âge mais également pendant la grossesse.

Le lien entre SJSR et sommeil

Ces mouvements incontrôlés des jambes peuvent :

- soit t'empêcher de t'endormir en raison de l'intensité de la gêne

- soit créer de nombreux réveils la nuit qui vont nuir à la qualité général de ton sommeil (réveil en cours de phase, sommeil peu récupérateur, fatigue au réveil)

- soit prolonger les micro-réveils nocturnes et entraîner des insomnies de milieu de nuit

Cest troubles peuvent être mis en évidence lors d'un examen du sommeil, mais tu peux également t'"auto diagnostiquer" en fonction de tes symptômes.

Que dit la science au sujet de cette maladie ?

Rien n'est encore très sûr...

Moi qui souffre de ce syndrôme (même si c'est de façon ponctuelle et modérée), je me suis penchée sur le sujet...

Et j'ai malheureusement dû constater que la science était relativement impuissante par rapport à ce syndrôme.

En effet, on ne connaît pas encore aujourd'hui ses causes ni comment le soigner !

Il se pourrait que ce soit en partie génétique et que le système nerveux central soit concerné.

Le stress ou encore le froid pourraient agraver les symptômes.

Certaines hypothèses sont mises en avant et certains médicaments sont donnés avec des succès très différents.

Quelques médicaments existent

Dans le syndrôme SJSR le système dopaminergique serait en cause.

Tout comme dans la maladie de Parkinson.

Bien qu'aucune relation de cause à effet n'ait été démontrée jusque là entre les deux maladies.

Cependant ce sont bien des médicaments similaires qui sont donnés : les agonistes dopaminergiques.

Parfois ça fonctionne.

Mais il faut savoir que parfois ça empire terriblement les symptômes : on parle de "syndrôme d'augmentation".

Exemple de recherches menées

Une étude datant de janvier 2019 semble démontrer que l'observation de l'hepcidine serait plus intéressante que celle de la ferritine en tant que biomarqueur dans le SJSR. L'hepcidine est une hormone sécrétée par le foie qui régule le métabolisme du fer dans l'organisme (absorption ou stockage).

Une récente étude de décembre 2019 s'est penchée sur le sujet et a mis en évidence une corrélation entre le manque de zinc sérique et le syndrôme des jambes sans repos.

Conseils et pistes à explorer si on ne prend pas de médicament

Si tu es réticent(e) à prendre des médicaments en l'absence d'un traitement complètement fiable,

ou si tes symptômes ne sont pas trop importants (une gêne quelques jours par mois, une gêne peu intense...), mais que tu ne crains que ça puisse être une raison d'un sommeil peu récupérateur et entraîner des insomnies de milieu de nuit, voici ce que je peux te conseiller :


🔹 pratiquer des auto massages (manuels ou avec balle, rouleau de massage...)

🔹 te lever, marcher et te recoucher quand les symptômes se seront calmés

🔹 appliquer du chaud et du froid en alternance sur les muscles concernés

🔹 te renseigner sur l'aromathérapie : certaines huiles essentielles auraient des effets probants


Voici ce que j'ai pu tirer de ma propre expérience personnelle :

🔹 les symptômes sont accentués par le froid : j'évite donc d'y être exposé en soirée quand je peux

🔹 ils sont aussi liés aux différentes productions hormonales (donc si tu es femme certains jours du cycle peuvent être plus compliqués, mais savoir que c'est ponctuel permet de mieux le vivre)

🔹 les étirements réguliers avant le coucher semblent plutôt bien fonctionner : 10 à 15 minutes par soir, surtout concentrés sur les jambes


➡️  Dans tous les cas je te conseille de noter les jours où tu sembles plus souffrir de ces symptômes et de te mettre quelques commentaires relatifs à ton activité du jour ou à ton alimentation : tu feras peut-être émerger certains éléments qui se recoupent comme un manque de fer, des excès alimentaires etc., qui pourraient aggraver tes symptômes.

Aurélie

tous droits réservés - ihdml.fr